Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 11:14

Aaaaaaaah le charme des italiens….n’est pas forcément celui des napolitains. Comment vous résumer cela, les mots me manquent. Au risque de verser dans la généralité (et donc de me faire lapider par le premier napolitain qui passe), je dirais qu’ils sont vulgaire, sans gène et totalement dépourvu de goût vestimentaire.

Distinguons bien les deux sexes.
Tout d’abord le protagoniste masculin. D’aspect plutôt bronzé, bien brun (miam miam se dit on au premier abord) … et plutôt petit. Bon ok ça ce n’est pas de sa faute et on ne peut lui en vouloir pour cela mais bon moi j’aime les grands et je en me refais pas, et ils sont loin de tous ressembler à Kim Rossi « Chéri » Stuart (si tu me lis je te fais plein de …). La journée le spécimen mâle arborera un superbe maillot de bain dit « moule bite », le caleçon ayant sans doute préféré partir en villégiature en Italie du nord. Je n’ai hélas pas pu prendre la bête en photo car l’approche est assez dangereuse. En effet le napolitain est à l’affût du moindre geste de votre pupille qui le laisserait alors supposer qu’il peut vous manger toute crue. Il faut savoir que lorsqu’il a ferré sa proie, il ne la lâche que difficilement : par exemple ne pas répondre à une question et tourner ostensiblement le dos ne règle en rien votre affaire, il arrivera à tout moment à vous sortir un « Ciao bella » qui génère dans votre esprit un « Et merde ! ». Afin de mieux approcher sa proie, le mâle s’essayera à des mimiques qu’à l’heure actuelle je n’ai toujours pas réussi à reproduire, à savoir un savoureux mélange de clin d’œil et d’envoi de mini baiser le tout accompagné d’un son qui se rapproche du cri du lapin, ce qui nous a amené à penser que peut être la meilleure défense était le port de la carotte. Le soir le napolitain mâle se parera d’une chemise bien ouverte sur son torse poilu ou d’un t-shirt dont on a oublié de lui demander de le rendre à son petit frère. La chasse à la donzelle reste ouverte jusqu’à l’endormissement du spécimen.
Le spécimen féminin pourra être qualifié dès le premier regard de « pétasse ». Quelque soit l’heure de la journée, cette dernière fera preuve d’une élégance rare. Au bord de la piscine nous avons droit à un défilé de talons aiguille et maillot de bain mettant plus qu’en évidence des attributs gonflés plus un accessoire qui fait obligatoirement bling bling lorsque celle ci se mouve. Mais sa tenue de prédilection reste sans contexte le micro short en jeans avec des santiag, certaines pousseront le comble du raffinement à rajouter des collants résille grosse maille. Le spécimen femelle du napolitain doit avoir le plus souvent un problème de photosensibilisation de la rétine, car en toute circonstance (jour/nuit) elle portera des lunettes lui couvrant la moitié du visage. Je ne suis hélas pas restée assez longtemps en observation auprès de la gent féminine pour pouvoir observer à fond ses mœurs dites sexuelles.
Dans l’ensemble les groupes de napolitains sont plus que bruyants. En leur présence un bourdonnement constant vous gonflent les oreilles. Le napolitain est sans pitié quand à sa survie alimentaire : « Le buffet tu monopoliseras » doit être la devise de la région. Et quand par chance le commun des mortels y accède, il peut éventuellement se voir gratifié d’un « scusi » qui donnera à son émetteur tous les droits de vous bousculer, de vous passer devant et de vous prendre la dernière bouchée.
Point positif de tout cela, me direz vous ? Je suis revenue en France en me disant que les français finalement sont de vrais charmeurs…

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Divers et Variés

Mémo

Un jour je respecterai mon programme.. je le jure!!

Rien....